Homélie
Prière universelle

 

UN CRI DANS LA NUIT
(Mt 25/1-13)


Nous sommes tous invités à des noces. Ces jeunes filles nous représentent tous. Les lampes allumées disent notre vigilance, l’intensité de notre foi, le sens profond que nous donnons à notre vie.

C’est justement ce qui est mis à l’épreuve par la durée de l’attente et par la nuit. Dans notre monde marqué par tant de catastrophes, d’incertitudes, de crises diverses, il est facile de se décourager, d’oublier de mettre dans la lampe l’huile nécessaire pour entretenir la flamme. Il en faut une bonne réserve pour ne pas perdre cœur et ne pas se laisser entraîner par ce qui fait recette, du côté du pouvoir ou de l’argent, en vivant dans ce que l’instant peut procurer de plaisir immédiat. L’évangile nous dit que nous allons vers des noces, mais ce n’est pas la joie des noces que l’avenir nous promet.

Non seulement l’époux tarde à venir, mais il fait nuit. On ne le voit pas, on entend seulement un cri dans la nuit qui nous annonce son arrivée.
Ce cri, c’est celui des prophètes, des apôtres qui nous disent au long des siècles, que Dieu existe, qu’il s’approche.

Être prêt à l’accueillir, n’est ce pas d’abord entendre cet appel dans la nuit ?
Ensuite n’est ce pas se mettre à la place de quelqu’un qui accueille. On peut réagir comme Marthe qui s’affaire, qui s’inquiète parce qu’elle n’a pas ce qu’il faut pour faire à manger, qui supporte mal d’être seule à travailler. Mais si l’on se met à la place de celui qui est accueilli, est cela qui compte d’abord, ou plutôt la simplicité, le plaisir d’être reçu en ami ? Invité un jour par un ami, nous avons mangé sur le coin d’une machine à coudre, seul meuble de la maison, un seul plat qui m’a procuré plus de bonheur qu’un grand repas interminable.

C’est dire que l’huile de la parabole, ce ne sont pas les mérites accumulés par nos efforts, ce n’est pas cela qui va nous ouvrir la porte du ciel, on n’achète pas Dieu, même avec nos mérites. Il faut se réveiller, se lever.

Pourquoi aller à la rencontre de l’époux ? Pourquoi cette longue attente, ce cheminement dans la nuit ? Ne pourrait-il pas se manifester plus directement ? Plus vite ? Il apparaît, disparaît, semble se dissimuler dans l’obscurité : pourquoi ?

Parce qu’il respecte notre liberté
et veut nous laisser le temps de préparer notre cœur.
Il est comme l’époux du Cantique.

Notre communion avec Dieu ne peut se réaliser sans un accueil de notre part, sans un oui réciproque, comme dans le mariage, avec la fécondité qui lui est liée.

Comprenons que notre condition humaine se caractérise par l’attente.
La joie sans ombre, l’évidence de la vérité, la réalisation de nos aspirations les plus profondes, tout cela est à venir. Le retour du Christ « en gloire » est pour la fin des temps. En attendant, il nous habite par l’espérance, par le bonheur qu’il donne dès maintenant aux pauvres, aux doux, aux miséricordieux…

Ne soyons pas trop surpris si nous nous endormons en chemin, si notre foi passe par un demi-sommeil. Cela ne veut pas dire que Dieu cesse de nous aimer, que nous ne soyons pas capables de nous réveiller. Souvenons-nous de ce que Jésus dit aux apôtres quand ceux-ci sont inquiets après l’avoir entendu déclarer qu’il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche dans le Royaume des cieux.

« Qui donc peut être sauvé ? » disaient ils.
Fixant sur eux son regard, il leur dit :
« Pour les hommes c’est impossible, mais pour Dieu, tout est possible »

Prière universelle

Nous tous qui sommes appelés à devenir un peuple de veilleurs,
rassemblons dans notre prière tous les hommes
et avec eux prions le Seigneur Jésus.

R/ I56 Jésus Sauveur, exauce nous !

1- Avec tous nos frères et sœurs qui veillent dans la prière,
confions au Seigneur le fruit du travail de nos évêques rassemblés à Lourdes la semaine dernière,
qu'il soit un chemin de vie pour l 'Église de France.

2-Avec les malades qui vivent dans l'attente d'une guérison,
les prisonniers qui espèrent une libération
demandons au seigneur de garder allumée la lampe de la confiance.

3- Avec les sans papiers, les marginaux, les chômeurs qui ont perdu tout espoir et qui s'enfoncent dans la nuit
demandons au Seigneur de susciter des frères qui raniment en eux la braise de l'espérance.

4- Avec ceux qui s'efforcent de donner à notre terre un visage plus humain,
demandons au Seigneur de rallumer la flamme de la paix et de la justice là où règne la violence.

5- Les uns pour les autres,
demandons au Seigneur de verser dans les cœurs l'huile de nos lampes
pour être prêt à le reconnaître lorsqu'il vient à nous dans le quotidien.

Jésus, notre Sauveur,
Toi qui ne cesses de venir à nous
exauce la prière de ton Église
Toi qui règnes pour les siècles des siècles, Amen.

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre