Homélie
Prière universelle
De l'angoisse à l'espérance
(Mc 13/33-37)

Encore une fois, le maître est parti. Ainsi commence l’évangile depuis plusieurs dimanches.. Il ne nous abandonne pas pour autant. Nous avons ici des consignes. D’autres fois ; il nous laisse gérants de ses biens, de sa maison.
Ceci se rapporte évidemment à la situation des années qui suivirent la mort et la résurrection du Christ, alors que certains pensaient à un retour imminent. Au bout de quelques décennies il fallait bien se rendre à l’évidence : ce retour n’était pas pour tout de suite, et l’on s’est souvenu alors de ce que Jésus en avait dit, pour essayer de mieux comprendre ce temps dans lequel on venait d’entrer, celui de l’attente.

On peut attendre de bien des manières,
dans l’impatience,
dans l’angoisse,
dans la joie de l’espérance.

On n’attend pas de la même manière sa paye, un P.V, le résultat d’un examen. On peut aussi se lasser d’attendre et se contenter du moment présent, de profiter sans plus de ce qui nous a été donné. C’est sans doute le problème de tant de nos concitoyens qui ont chassé de leur horizon toute attente de la vie éternelle, pour lesquels même le mot Dieu ne signifie plus rien, adeptes parfois d’une spiritualité sans Dieu.

En nous confiant son domaine, Dieu demeure présent par sa volonté, celle de nous voir réussir en premier lieu ce qu’il nous a donné de meilleur, notre intelligence, notre volonté, notre liberté, notre capacité d’aimer.

Une joie vient habiter cette tâche de nous construire, dans l’attente d’un accomplissement à venir. Les textes de l’Avent sont pleins de cet appel à la joie. Il s’agit d’ouverture à ce qui vient. Laissons- nous prendre par cette bonne nouvelle de la venue de Jésus. Nous ne pouvons la connaître que par la foi. Si nous n’attendons que des cadeaux ou un bon repas, nous serons forcément déçus. C’est peut-être ce qui explique la tristesse de bien des lendemains de fêtes.

Très souvent nos textes nomment cette joie : paix. Apaisement de nos conflits intérieurs, de nos peurs, de nos rancunes.
Au fond l’Avent nous invite à reprendre conscience de notre condition d’enfants de Dieu. Certes nous allons célébrer la naissance de Jésus, mais en même temps notre propre renaissance.

Ce n’est pas toujours ce que nous avons sous les yeux !
Nous répétons que le Christ renaît sans cesse dans le monde, et cependant nous voyons nos églises se vider. Car nous passons d’un christianisme de tradition, en grande partie d’ordre culturel, hérité du milieu dans lequel nous avons grandi, à une foi choisie, décidée en toute conscience. C’est pourquoi il y a de plus en plus de baptêmes d’adolescents ou d’adultes. Des fonctions sont de plus en plus assumées par des laïcs alors qu’elles l’étaient autrefois par des prêtres. C’est un progrès de la vie chrétienne. On y voit des communautés progresser en vie fraternelle.

Ainsi le Christ vient-il à nous de manière nouvelle. L’avenir nous réserve sans doute d’autres surprises.

Le Christ est bien le même hier et toujours,
mais c’est nous qui changeons
et qui le découvrons peu à peu
dans une autre lumière,
comme les apôtres après la résurrection.

3.12.17

Prière universelle

Introduction

En ce premier Dimanche de l’Avent,
dans l’attente et le désir de Celui qui est et qui vient pour nous,
prions le Seigneur Dieu notre espérance :

R/ En toi, Seigneur, notre espérance (I 25b)

- Pour qu’avec toute l’Église qui entre dans ce temps de l’Avent,
notre espérance soit renouvelée,
prions le Seigneur, Dieu notre Père.

- Pour que notre monde de ténèbres, de douleur et de violence
reçoive la lumière du Christ toujours nouvelle,
prions le Seigneur, Dieu de Paix.

- Pour que ceux qui sont errants et ne savent pas où se tourner
soient éclairés par le visage du Christ
dans leurs chemins et leurs décisions
prions le Seigneur, Berger qui conduit son peuple.

- Pour nous qui célébrons l’Eucharistie,
et qui sommes appelés à vivre en communion avec le Christ Jésus,
prions le Seigneur, Dieu tout proche.

Prière finale

Seigneur Dieu, qui viens pour nous sauver,
fais nous vivre et invoquer ton Nom,
Par Jésus le Chris notre Seigneur.
AMEN

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre