Chroniques de Jouarre

En trois mots - Décembre 2018

Pas de doute le mois de décembre est teinté de tous les préparatifs à Noël.
Pour nous, ça commence – bien entendu ! – à la liturgie…
mais ça se poursuit dans tout le quotidien qui se donne aussi à vivre…

On vous en partage un bout à travers cette chronique "en trois mots"

Béthanie

2018dec1Si vous prenez la rue Jehan de Brie, vous ne pouvez pas rater « Béthanie ». Un beau bâtiment rénové.
Mais que s’y vit-il ? Ah si vous saviez… !

En « trois mots », on pourrait dire : communion, projet, escale. Oui, certains d’entre vous ont fait escale à Béthanie, un mois, deux mois, six mois. Le temps de finir une thèse ou un CDD dans le coin, le temps surtout d’expérimenter la communion simple et joyeuse que répand dans la maison le projet « Un nouveau Souffle ». Pour en savoir plus, cliquer ici et/ou essayez de vous faire inviter au prochain goûter de Noël ;-)
A en croire les sœurs qui y étaient le 21 décembre, ça vaut le coup !

Père Robert Coly

2018dec2Noël, c’est la joie de l’accueil.

Accueillir le petit Jésus, mais aussi – pour nous en ce mois de décembre – le Père Robert Coly ;-) !

Récemment arrivé à La Ferté, il découvre son nouveau secteur paroissial et le dynamise de sa bonne humeur sénégalaise. Nous ne voulions pas rester plus longtemps sans le connaitre et commencer nous aussi à tisser des liens avec ce ‘bon pasteur’. Que la grâce de Dieu l’accompagne dans toutes ses missions pour, comme le dit Vatican II, « veiller à ce que chaque fidèle parvienne, dans le Saint-Esprit, à l’épanouissement de sa vocation personnelle selon l’Évangile, à une charité sincère et active, et à la liberté par laquelle le Christ nous a libérés »

Marché

2018dec3Le « marché de Noël », un classique de cette fin décembre à Jouarre…
et pourtant ça ne perd rien de son charme initial… Bien au contraire !!

D’année en année, l’équipe organisatrice déploie toujours plus ses talents. MERCI !

Quant à nous, nous sentons comme les liens se tissent. Le stand moulage pour les enfants commence à avoir ses habitués pour qui cela n’a presque plus aucun secret. Le brasero, quant à lui, permet des échanges des plus simples aux plus profonds…

Et la joie de sentir la vie du village est bienfaisante !

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre