Chroniques de Jouarre

En trois mots - Avril 2019

Marie-Catherine et Bruno 

2019avril3a2019avril3bA n’en pas douter, la vie monastique nous conduit parfois en des domaines où nous n’avons a priori que pas ou peu de formation ni d’expérience… Alors s’ouvre la possibilité extraordinaire de faire appel à d’autres qui, par leur regard et leurs compétences, peuvent nous aider à nous poser les bonnes questions autant qu’à acquérir des outils de méthode.

Comment, en ce moment, ne pas rendre grâce pour l’aide précieuse apportée par Marie-Catherine et Bruno sur l’un de nos projets ? Avec autant de délicatesse que de professionnalisme, cette prof de gestion et cet expert en qualité, tous deux bien au fait de la vie des monastères, nous indiquent des sentiers où il fait bon cheminer.

Si tout se passe bien, vous pourrez, cher lecteur, en goûter les fruits début 2020 !

Bénédictines et autres moniales

2019avril1a2019avril1bUn bouquet, ce sont toujours des fleurs, mais des fleurs souvent très différentes ! Les communautés monastiques, c’est un peu cela. Ce sont toujours des moniales, mais souvent très différentes. Et quelle grâce que de se rencontrer, s’accueillir, se découvrir.

C’est ainsi qu’en ce mois d’avril, nous avons passé quelques jours avec Sr Marie-Placide des Philippines, ou encore en la joyeuse présence de deux bénédictines du Brésil : Mère Escolastica et Sœur Maria Teresa. Photos, cadeaux et partages nous ont permises de vibrer à leur manière d’incarner la Règle de St Benoit à l’autre bout du monde ;-)
Quelques jours plus tard, c’est avec une communauté des ‘bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre’ que nous avons savouré un temps fraternel… et pour mi-mai, nos cœurs se préparent à accueillir les sœurs de Bethléem du prieuré de Nemours ! Béni sois-Tu, Seigneur !

Perles de lectio

2019avril2a2019avril2bChaque jour, nous consacrons du temps à – tout simplement – nous mettre à l’écoute de Dieu dans Sa Parole.
Parole qui retentit dans la liturgie, dans la nature, dans les lectures, dans les rencontres, dans la prière…
Parole qui vient nous toucher au cœur et qui, par passages successifs ou d’un coup d’un seul, transforme la vie, le regard, le cœur.

En ce ‘Carême-Temps pascal’, nous nous sommes offertes les unes aux autres la possibilité de partager l’une de ces perles de lectio et ainsi de communier à ce qui est le cœur de notre vocation…

Petit extrait d’une de ces perles de lectio :

Ces derniers mois, on a beaucoup parlé de choses épouvantables qui se passent et se sont passé dans l’Église. J’en suis venue à penser qu’on avait vraiment vécu, en Église, un drôle de Carême, couronné par l’incendie de ND au début de la Semaine Sainte, et le terrible attentat survenu le jour de Pâques au Sri Lanka.
Pourtant, il y a une phrase qui m’a aidée mystérieusement toutes ces semaines, je suis tombée dessus presque par hasard.Je feuilletais une revue de l’Assomption, et on y parlait, entre autres choses, de Sr Paul-Hélène Saint Raymond, petite sœur de l’Assomption, qui se trouve être une des 19 martyrs d’Algérie, tuée en même temps que le frère Henri Vergès. Je ne la connaissais pas du tout, en tous cas je n’en avais pas autant entendu parler que les frères de Tibhirine ou Mgr Claverie.
On racontait, dans cette revue,un peu la vie de Sr Paul-Hélène, mais ce qui m’a frappée par-dessus tout c’est la réponse qu’elle a donnée à Mgr Teissier, alors évêque d’Alger, quand il est venu alerter les sœurs du danger, et leur demander si elles souhaitaient ou non partir. Elle a répondu spontanément cette phrase magnifique :

« Vous savez, Père, de toutes façons, nos vies, elles sont déjà données ! »

[…]
Bien-sûr, dans notre vie,rien n’est acquis,c’est à remettre chaque jour sur le métier, parfois nous reprenons ce que nous avons donné, et puis nous le redonnons, et vice-versa,mais justement, c’est là LE BEAU COMBAT dont parle St Paul, le défi de notre vie consacrée à Dieu, notre challenge comme on dit aujourd’hui, même si les circonstances que nous vivons sont bien différentes de celles des 19 martyrs. Dans l’épitre aux Philippiens, St Paul dit :

« Certes, je n’ai pas encore obtenu cela, je n’ai pas encore atteint la perfection, mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, puisque j’ai moi-même été saisi par le Christ JÉSUS.Frères, quant à moi, je ne pense pas avoir déjà saisi cela.Une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but, en vue du prix auquel Dieu nous appelle là-haut, dans le Christ JÉSUS. (Phil 3,12-14)

Cette phrase donc de Sr Paul-Hélène je me la suis redite toutes ces semaines, elle m’a aidé à m’apaiser chaque fois qu’une révélation nouvelle nous était faite par les journaux. Peu à peu j’ai fini par me dire : « C’est vrai, on nous dit ceci, ceci, cela, on nous dira sans doute encore ceci, ceci, cela, mais de toutes façons nos vies, elles sont déjà données, et c’est cette vie-là que j’ai à vivre, le mieux possible, ou le moins mal possible selon les moments, en tous cas toujours avec l’aide et la fidélité sans faille de Dieu. Je ne pense pas que cela m’isole de ce qui se passe dans cette Église que j’aime, mais cela me remet à ma juste place et m’évite justement les « commentaires émotionnels » extérieurs, et surtout intérieurs, qui, finalement, ne font pas de bien. […] Oui, nos vies sont déjà données, et nous avons à les donner encore, chacune à sa place, pas à pas, sur le terrain de chaque journée. [...]

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre