Homélie
Prière universelle

 

LA TENTATION Marc 1/12-15

Aujourd’hui, Jésus est conduit au désert. Le Tentateur s’approche, c’est lui qui a l’initiative. On serait tenté de dire : bien sûr Jésus va triompher. Mais rien n’est joué d’avance. Le Fils n’est pas à l’abri, parce qu’il est devenu l’un de nous, partageant en tout la condition humaine.

Les tentations du Christ le rapprochent beaucoup de ses amis, les disciples, du simple croyant qui s’efforce d’être fidèle à son Dieu. Il n’y aurait pas de tentation si le Tentateur était vaincu d’avance. Il s’efforce d’attaquer des points sensibles et de pousser ses avantages.

Ne le voyons surtout pas comme un personnage aux pieds fourchus, au visage grimaçant. Il vient de l’intérieur, c’est un ennemi de l’intérieur.

Jésus est dans un état de grande faiblesse. Il est prêt d’halluciner, de voir des pains au lieu des pierres, mais il refuse de se laisser aller purement et simplement par la faim. Il aime la vie, mais plus encore Celui qui la donne et la fait aboutir. Il veut goûter avant tout le pain de la Parole..

Après son jeûne, le voici seul, au moment de commencer une immense aventure. Bientôt il va s’entourer de compagnons plus faibles que lui sur lesquels il ne pourra guère s’appuyer. Les anges dont il est question ici chez saint Marc sont le signe de la victoire finale. Mais Jésus accepte dès le début de ne pas faire appel à une intervention divine. Eprouvant une faim extrême, il est dépossédé de tout. Comment faire quelque chose avec rien ?

Eh bien il accepte de nous enrichir de sa pauvreté.

L’Eucharistie à laquelle nous allons participer est le repas de l’indigence : n’ayant plus rien à donner, Jésus se donne lui-même. Il se livre. Il ne vient pas à nous comme chef suprême des royaumes du monde, mais comme serviteur de ses frères.

Le tentateur avait sa chance. On ne peut pas dire qu’il l’ait gâchée, mais il est tombé sur un homme qui ne se croyait pas invincible, qui a joué jusqu’au bout le jeu de l’humanité et qui, à cause de cela avait de quoi résister à l’orgueil diabolique.

C’est donc pour nous une bonne nouvelle. Nous n’assistons pas au triomphe d’un superman ou d’un demi dieu. C’est pour nous qu’il a été tenté et qu’il a gagné, disent les Pères . Plus encore, c’est avec nous qu’il mène ce combat. Il s’agit bien d’un combat, si nous avons choisi de devenir chrétien et n’avons pas renoncé à la première attaque.

Les tentations du Christ sont celles de l’Eglise, aujourd’hui comme hier. Il est normal que nos diocèses, en état de faiblesse, veuillent vivre et même survivre, mais on est parfois prêt à tout pour cela, en oubliant ce que nous avons de plus cher, la Parole vivante, le Verbe fait chair, le pain de vie, l’Esprit toujours agissant dans le cœur de tous les croyants. Nous avons toujours été tentés par l’esprit de domination, le rejet de « ceux qui ne marchent pas avec nous ». Nous ne pouvons nous en tirer qu’en « participant par la patience à la passion du Christ » comme dit St Benoit, et non en cherchant à regagner le terrain perdu.

Nous mêmes, où en sommes-nous ? Nous nous reconnaissons dans ce qui arrive à Jésus et à l’Eglise, mais n’omettons pas de nous examiner nous-mêmes.

Que se passe-t-il quand nous sommes en situation de manque, de disette ? Quels choix faisons-nous alors, quelles postures adoptons-nous ? Surtout que faisons-nous dans l’abondance, le trop plein, la multiplicité des objets, des images, des idées ? Souvent on n’est même plus en mesure de choisir. On est pris dans le flot.

Là aussi, il convient de résister pour devenir soi-même ; pour devenir enfants de Dieu. Mais ce serait le thème d‘une autre homélie ! Restons-en là.

18.2.18

Prière universelle

Au seuil de ce chemin qui nous conduira à Pâques,
écoutons la Parole de Dieu et prions-le

R/ I 60 Nous implorons Seigneur ta miséricorde.

Jésus se retira dans le désert pour une retraite de 40 jours. Il y fut tenté par Satan.
Aujourd'hui l’Église met ses pas dans ceux de son Seigneur.
Prions pour que l'Esprit Saint la soutienne au milieu des tentations et la rende forte dans toutes les épreuves.

Repentez-vous, croyez à l’Évangile, cette bonne nouvelle que Dieu vous donne.
Prions pour que ces paroles de Jésus atteignent les cœurs
de ceux qui prennent des décisions graves concernant la vie et la mort des hommes.

Avec Noé Dieu a fait une alliance : il a promis de sauvegarder la création.
Mais nous ne respectons pas cette alliance.
Prions pour les pauvres qui paient dans leur chair nos façons de vivre irresponsables,
nos gaspillages et notre mépris des lois de la création.

Convertissez-vous nous demande Jésus .
Pour que chacun d'entre nous vive ce carême
comme un chemin de conversion et de redécouverte du Mystère pascal
prions les uns pour les autres.

En ta grande miséricorde, Seigneur écoute nos appels
donne à tous tes enfants de savoir accueillir la grâce offerte à profusion
par Jésus le Christ.

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre