Homélie
Prière universelle

 

Prière universelle

En ce dimanche d’été,
prions avec confiance Dieu notre Père
qui aime et attend chacun de ses enfants

Pour tous les chrétiens qui œuvrent dans la Pastorale des vacances :
afin qu’une parole de confiance et d’espérance rejoigne
tous ceux et celles qu’ils rencontreront,
ensemble prions.

R/  29 : Exauce-nous, Dieu notre Père.

FAIS DE MÊME
(Luc 10/25-37)

Plusieurs fois nous voyons Jésus ne pas tenir compte de la Loi... Or ici nous le voyons y renvoyer cet homme. Mais précisément il s’agit d’un spécialiste de la Loi qui vient l’interroger sur la vie éternelle. « Qu’y a-t-il d’écrit ? » demande Jésus. Il doit savoir et il le prouve par une bonne réponse, disant ce qui fonde la Loi, c’est-à-dire l’amour, ce qui nous met au monde, ce qui nous fait exister. La Loi ne nous vient pas de l’extérieur, elle est « dans notre bouche et dans notre cœur », notre raison d’être. On peut la comparer aux lois de la nature, ce qui nous fait grandir.

Si elle nous commande d’aimer,

c’est que nous existons par les autres,
car nous sommes un tissu de relations.

Aimer l’autre, de ce point de vue, c’est nous aimer nous-mêmes. Le juriste de notre évangile n’en est pas là. Pour lui, il y a ceux qu’il convient d’aimer, et puis il y a les autres : deux catégories. Que va répondre Jésus ?

LES MAINS VIDES
(Luc 10/1-20)

Souvenez-vous : dimanche dernier, le même saint Luc nous racontait cet épisode surprenant de Jean et Philippe voulant mettre le feu à un village de samaritains qui refusait de les accueillir. C’est assez proche de l’évangile d’aujourd’hui. Les apôtres voulaient répondre par la violence au refus des samaritains, réflexe tout naturel que Jésus réprime vigoureusement.
De nos jours on entend souvent dire que les religions engendrent la violence. Or il est impossible d’imposer la foi de cette façon. Chaque fois que nous avons eu recours aux armes pour imposer la foi, chaque fois que nous avons fait peser quelque contrainte économique ou culturelle, nous avons agi en contradiction avec l’évangile, en particulier avec les textes que nous venons de lire. Les quatre évangélistes disent bien que, lors de sa passion, Jésus a refusé tout recours à la violence. Les légions d’anges ne sont pas convoquées (Mt 26/53).

L‘évangile d’aujourd’hui nous aide à comprendre
pourquoi nous devons nous présenter démunis
lorsque nous prétendons annoncer l’évangile...

Abbaye
Notre Dame de
Jouarre