Homélie
Prière universelle
TU ES LE MESSIE !
(Mc 8/27-35)

« Tu es le Messie », dit Pierre à Jésus. Que veut-il dire ? Messie, veut dire l’homme imprégné de l’onction divine. Le mot onction est une allusion au rite du sacre royal : le prêtre versait de l’huile sur la tête du futur roi. Pourquoi de l’huile ? Parce qu’elle était censée fortifier et passait pour pénétrer les matières les plus dures. Quand la Bible parle du Messie à venir, elle évoque un personnage détenteur d’une autorité qui surpasse toutes les autres : il a un programme : restaurer la justice, établir la vérité dans un monde plein d’erreurs et de mensonges. A Pilate qui lui demande s’il est roi. Jésus répond : « Tu l’as dit, je suis roi, je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité » Jean 18/37. Notons le mot « témoignage ». Il ne vient pas imposer la justice par la violence, mais simplement en se comportant selon cette justice et cette vérité. Ainsi

la liberté des hommes,
cette liberté qui les fait ressembler à Dieu,
sera respectée.

Mais reconnaître en Jésus le Messie, l’homme imprégné de Dieu, ne va pas de soi, et cette identification constitue la première étape de la foi. Première étape, parce que dire que Jésus vient de Dieu, se prononcer sur son origine, ne dit pas encore où il va ni comment il y va. Certes il vient du Père et va au Père, mais l’humilité de la crèche doit s’accomplir dans l’humiliation de la croix. Il est déjà bien difficile de reconnaître le Messie dans l’enfant de Bethléem, et c’est peut être pour nous éviter de penser à l’anéantissement de la croix que nous avons fait de Noël la fête de l’enfance. Cette première étape est toujours difficile à franchir : admettre que Dieu, Créateur de l’univers, a pensé, parlé et agi par et dans cet homme, l’unique Messie, qui a vécu il y a 2.000 ans en un point obscur du globe terrestre. Pierre y parvient, il a su reconnaître l’origine divine de cet homme unique. Mais ce n’est pas acquis une fois pour toutes. Au cours de la Passion, il dira bien : « Je ne connais pas cet homme dont vous parlez »

Il y a un second passage obligé. Pierre, comme les autres a tout quitté pour suivre Jésus. Ils l’ont reconnu comme Messie, Fils du Dieu vivant. Mais voici que l’on quitte la région de Césarée de Philippe, au nord, pour descendre vers Jérusalem, vers la Passion, vers le Père. Là Pierre ne peut pas encore suivre Jésus, ni physiquement ni mentalement : « Là où je vais tu ne peux pas me suivre maintenant, tu me suivras plus tard » Jn 11/36. Il ne suffit pas de répondre que Jésus vient du Père, il faut aussi être capable de le suivre par le même chemin qui le conduit vers le Père, et finalement répondre à la question ultime de Jésus :

« Pierre m’aimes-tu ? »

Nous avons là toute l’aventure de Pierre, le récit de notre propre périple vers l’accomplissement de notre foi.
De fait dans notre évangile, Jésus passe du cas de Pierre à l’ensemble des disciples et enfin à la foule. Tous nous avons à marcher dans l’unanimité à la suite du Christ. Par là nous devenons son corps. La dernière ligne nous dit que c’est là la seul moyen de sauver notre vie, en ne faisant qu’un avec le Christ dans la traversée de la mort.

16.5.18

Prière universelle

Prions Dieu l’Au delà de tout
qui ne cesse de vouloir faire Alliance avec les hommes.

R/ : Exauce-nous, Dieu notre Père ! (I 29b)

Pour que les prêtres soient soutenus et entourés par les fidèles,
et qu’ainsi le Corps du Christ grandisse, jour après jour,
dans l’unité, la paix et la sainteté :
prions ensemble.

Pour que ceux qui ont en leurs mains les destinées des peuples
soient conscients de leurs responsabilités,
et agissent avec sagesse pour le bien de tous :
prions ensemble.

Pour que les malades dans les hôpitaux
et tous ceux qui n’ont pas les moyens ni la possibilité d’être soignés
ne perdent pas espoir et soient aidés par des frères pleins de charité :
prions ensemble.

Pour qu’en cette journée les enfants et les adolescents
qui vont découvrir les richesses culturelles et spirituelles de notre patrimoine
acquièrent l’esprit d’émerveillement et d’action de grâces :
prions ensemble.

Pour que nous tous ici rassemblés
ayons le courage de marcher humblement dans la fidélité de chaque jour
à la suite de Jésus le Seigneur,
et ainsi d’apporter un peu de douceur et d’espérance à ceux que nous cotoyons :
prions ensemble.

Dieu, Ami des hommes,
toi seul a le pouvoir d’accomplir ce qui nous est impossible ;
écoute nos prières et veuille les exaucer
par Jésus, le Christ, notre Seigneur.
AMEN !

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre