Homélie
Prière universelle
Infini des possibles
(JEAN 21/1-19)

On a l’impression que ça recommence comme avant. Les filets sont vides. Puis cet appel venant du rivage : « les enfants avez-vous quelque chose à manger ? »

Comme c’est curieux.
A chaque fois que Jésus entre en relation avec nous,
il ne dit pas : « Je t’apporte la vérité, la tranquillité, une bonne place »,
mais « j’ai faim, j’ai soif comme à la samaritaine…De quoi discutiez vous tout en marchant, aux deux hommes sur la route d’Emmaüs…Asseyez vous, reposez vous un peu, à ceux qui reviennent de mission. C’est maintenant qu’il nous rejoint. C’est ce qui l’intéresse, ce que nous vivons maintenant.

Face à la question de Jésus, les disciples ne sont pas bien fiers. Non, ils n’ont rien, ni nourriture ni poisson. Peut être n’ont-ils pas su s’y prendre ? Il fallait jeter le filet de l’autre côté. L’homme sur le rivage le leur demande. Et c’est le miracle, les 153 gros poissons, Jean a tout de suite compris : « c’est le Seigneur !». Pierre se jette à l’eau, et le dialogue s’engage...

Le plus émouvant est que Jésus reste fidèle à la promesse faite à Pierre, alors que Pierre, lui, n’a pas tenu celle qu’il lui avait faite de ne jamais le trahir, au prix même de sa vie (cf. Mt 26, 35). La triple demande de Jésus, « M’aimes-tu ? » s’explique par le désir de lui donner la possibilité d’effacer son triple reniement au cours de la passion. Il le fait, dans le texte grec avec un terme très fort que Pierre n’ose pas reprendre dans sa réponse.

Dieu donne toujours aux hommes une deuxième possibilité ;
souvent une troisième, une quatrième,
un nombre infini de possibilités.
Il ne raye pas les personnes de son livre à la première erreur de leur part.

Alors, que se passe-t-il ?
La confiance et le pardon du Maître ont fait de Pierre une personne nouvelle, forte, fidèle jusqu’à la mort. Il va conduire le troupeau du Christ dans les moments difficiles du commencement, lorsqu’il fallait sortir de Galilée et se lancer sur les routes du monde. Pierre sera enfin en mesure de tenir sa promesse de donner sa vie pour le Christ.

A propos de ce dialogue nous savons qu’en interrogeant Pierre, Jésus interroge également chacun d’entre nous. « M’aimes-tu ? » s’adresse à tous les disciples. Le christianisme n’est pas un ensemble de doctrines et de pratiques, C’est beaucoup plus intime et profond, une relation d’amitié avec la personne de Jésus Christ. C’est la première fois qu’il demande « m’aimes-tu ? » Jusqu’alors il demandait « crois-tu ? ». Il le fait après nous avoir montré par sa passion et sa mort combien il nous a aimés.

A la troisième question, Pierre saisit l’allusion au triple reniement. Il est prêt à suivre, même là où il ne voulait pas aller. Il savait que de toute façon sa vie ne pouvait être que don de lui-même

5.5.19


Prière Universelle

Le Christ Ressuscité nous attend au rivage de nos vies et nous invite au repas de l’alliance.
Prions-le dans la confiance

R/ I 67 O Christ Ressuscité, exauce-nous

« Jetez vos filets … vous trouverez »
Demandons au Ressuscité, pour les pasteurs de notre Église,
la confiance et l’audace missionnaire pour annoncer la Parole de Vie
à tous ceux qui vivent dans les périphéries, riches ou pauvres

« Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes »
Demandons au Ressuscité, de nous apprendre à discerner ses appels,
à travers les drames et les événements tragiques de notre monde

« Les Apôtres sortirent tout joyeux du Grand Conseil »
Demandons au Ressuscité d’affermir
la foi de nos frères persécutés ou même menacés de mort.

« C’est Le Seigneur »
Demandons au Ressuscité présent dans notre assemblée,
une foi vive et joyeuse pour le reconnaître dans l’humble quotidien de nos journées
et le servir dans nos frères les plus vulnérables.

Seigneur, Toi qui es toujours avec nous,
Entends notre prière et daigne nous exaucer,
Toi qui règnes aux siècles des siècles.

 

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre