Homélie
Prière universelle
"Confiné dans sa cécité il a quand même fait confiance à Jésus pour en sortir !"
(Jean 9.1.41)

Il y a dans ce que nous venons d’entendre toute l’histoire de l’humanité, une humanité aveugle, la nôtre. Jean la raconte à partir d’une remarque assez fréquente dans son évangile : « Jésus passait ». Notre Dieu n’est pas un personnage installé, insensible, immobile. Il passe et nous fait tourner nos regards à l’avance vers le grand passage de Pâques, celui du baptême.

Jean campe dans cette scène toutes les attitudes que les hommes vont prendre par rapport à Jésus :

- celui qui se sait aveugle et qui n’aspire qu’à la guérison. Il accèdera à la lumière par la foi.
- il y a ceux qui se désintéressent de la guérison parce qu’ils ne veulent pas d’histoires. « Tu veux devenir chrétien ? c’est ton affaire ». C’est le grand nombre des indifférents.
- Il y a ceux qui se croient lucides alors qu’ils ne font qu’utiliser leur savoir pour renforcer leur aveuglement.
- Il y a ceux qui croient pouvoir juger le mendiant guéri et le jettent dehors, lui et Jésus. Ils resteront dans leur cécité définitive.

Au départ, il y a cet homme aveugle de naissance, et la question des apôtres : « D’où lui vient ce mal ? ». La réponse de Jésus, nous l’avons déjà entendue à propos de ces événements de l’actualité qui relatent des catastrophes : Il n’y a pas de lien nécessaire entre la maladie et la faute : « Ni lui ni ses parents n’ont péché » Il y a de franches crapules qui vivent fort bien et des gens merveilleux qui récoltent tous les malheurs, nous le savons.

L’aveugle lui, ne sait rien de Jésus. Mais il fait confiance quand il lui demande d’aller se laver les yeux à la piscine de Siloé. Pourquoi ? Cela ne lui coûte pas grand chose. Il a déjà tout essayé ! Ou bien à cause d’un certain pressentiment plus mystérieux ? N’est ce pas la question que se posent les catéchumènes et ceux qui les accompagnent dans leur démarche ? Qu’est ce qui les pousse ? Ce n’est pas toujours chimiquement pur, pas plus que pour le fils prodigue quand il décide de revenir vers son Père… Ne plus vivre sans religion ? Combler une certaine faim ? Rejoindre une communauté ? Connaître Jésus ? Pouvoir devenir parrain ou marraine ?

Il y a tout un réseau de motivations,
un véritable filet entre les mailles
duquel se glisse l’Esprit Saint.

Peu à peu, l’aveugle découvre ce Jésus qui l’a guéri, d’abord grâce aux questions des enquêteurs. Puis une autre lumière lui découvre que ce Jésus n’est pas une sorte de magicien, mais quelqu’un qui vient de Dieu. A eux qui déclarent que ce Jésus nul ne sait d’où il vient, il ose déclarer que lui le sait : il vient de Dieu, sinon comment pourrait-il ouvrir les yeux d’un aveugle ?

En même temps il s’arc-boute sur une certitude ; il était aveugle et il voit clair, tout comme nous chrétiens, nous tenons ferme un fait : Jésus est mort et ressuscité.

Notre religion n’est pas un système d’idées.
Elle tient à un fait, un événement qui a bouleversé l’histoire.

Il va même jusqu’à défendre Jésus et cela lui vaut l’expulsion, une sanction très grave, la mise à l’écart de la communauté. C’est alors qu’il rencontre Jésus qui vient de nouveau à lui pour lui demander s’il croit au Fils de l’homme. Nous venons d’entendre la suite… Le chemin que cet homme vient de suivre jusqu’à Jésus, c’est le nôtre. Il nous donne accès à une réalité nouvelle.

Puissions-nous comme cet enfant
qui venait de jouer cette scène au catéchisme déclarer :
« Je suis l’aveugle-né ! »
et entrer peu à peu dans la joie du baptême !

22.3.20

 

Prière universelle 

Les hommes ne manquent de rien lorsque le Seigneur marche auprès d'eux,
aussi nous pouvons présenter avec confiance nos prières à Dieu notre Père.

"Les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur."
Confions au Seigneur l'Église et tous ses membres.
En ces jours où les croyants sont privés du rassemblement autour de l'Eucharistie dominicale,
que tous trouvent en lui, la communion qui les unit à leurs frères et sœurs.

R - I20 : Dieu d'amour, entends notre prière

Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien."
Confions au Seigneur, les personnes malades ou isolées et les soignants, dans cette période de pandémie.
Que tous trouvent en lui la source de leur force et de leur paix.

"Si je traverse les ravins de la mort, son bâton me guide et me rassure".
Confions au Seigneur toutes les personnes en fin de vie et leurs familles.
Qu’ils trouvent en lui leur réconfort et leur soutien.

"Conduisez-vous comme des enfants de lumière."
Confions au Seigneur notre communauté rassemblée.
Qu'Il nous garde dans l’unité et la prière.

Seigneur dans ton amour fidèle, exauce nos prières,
nous te le demandons par Jésus-Christ notre Seigneur, AMEN

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre