Homélie
Prière universelle
S'ouvrir...
(Mt 13/1-23)

Pas d’introduction dans cet évangile, mais d’emblée l’image du semeur sorti pour semer, un verbe, sortir, qui fait écho à ce que dit Jésus autrefois à ses compagnons à Capharnaüm lorsqu’ils le cherchaient au petit matin :

« C’est pour cela que je suis sorti »

Une parole lourde de sens.
On comprend que ce semeur c’est Jésus lui-même.

Voici une image, celle des semailles qui donne sens à tout ce qui s’est passé depuis ce moment inaugural de la sortie de Capharnaüm. Il a proclamé la Parole, guéri des malades, des foules le suivent, multiplié les signes. Et toute cette vie semée a suscité résistances, oppositions, conflits. Il relit ces événements à partir des forces de croissance qui sont à l’œuvre.

Du grain tomba…
L’attention porte moins sur le terrain plus ou moins fertile que sur la prodigalité du semeur, le grain qui tombe, un pari sur l’avenir. Le semeur sème sûr que le grain lèvera, que la bonne terre produira cent pour un. S’il  y a des pertes, ce n’est pas grave, devant tant de profusion. On ne chasse même pas les oiseaux qui viennent manger la semence, on ne détruit pas les bleuets, les marguerites ou les coquelicots. Le semeur agit dans la paix, certain du résultat, même s’il y a des déconvenues

Qui a des oreilles pour entendre qu’il entende !

Les disciples de Jésus s’approchèrent et lui dirent : pourquoi leur parles-tu en paraboles ?   
En effet qu’est ce qu’une parabole ? Une petite histoire, très simple, mais dont on sent bien qu’il y a quelque chose dessous. Du coup elle éveille l’attention, suscite la liberté de celui qui « écoute ». Elle lui propose de se risquer plus avant pour « entendre », pas forcément comprendre, mais au moins laisser entrer en lui ce qu’il a commencé d’entrevoir. S’il n’y attache aucune importance, il reste au dehors, mais s’il questionne pour aller plus loin il entre progressivement dans le mystère du Royaume de Dieu.
C’est une expérience courante de l’existence :

Celui qui a commencé à s’ouvrir à la vie s’ouvre de plus en plus à la vie.
Celui qui dès l’abord se ferme se ferme davantage.

Or justement, ceux qui entourent Jésus l’interrogent, ils commencent donc à se risquer. Pour les autres, ceux du dehors tout arrive en paraboles. S’ils refusent de se laisser travailler par elles, elles gardent leur secret. Certains ne souhaitent que cela que les paraboles restent de petites histoires, de la poésie que l’on pourra même gestuer, mais qui ne prennent pas sens pour eux. Ils ont peur de devoir se convertir et s’ouvrir au pardon s’ils se laissent prendre par elles, même sans en comprendre tout le sens.

L’incompréhension de ceux qui entourent Jésus et le questionnent est d’un autre ordre. Ils cherchent à comprendre, sans y parvenir. L’explication de la parabole leur est donnée. La tonalité a changé. L’accent ne porte plus sur le geste du semeur, mais sur les différentes catégories d’auditeurs, sur les dispositions du terrain. On souligne la nécessité d’être une bonne terre pour porter du fruit.

Regarder la foi du semeur d’un côté et accueillir la Parole de l’autre donnent accès à toutes les paraboles.

Seigneur ouvre mon cœur à ta Parole !

16.7.17

Prière universelle

Ensemble, prions avec confiance Dieu notre Père
pour tous nos frères.

R/ : Dieu d’amour, écoute-nous ! (I 12)

Pour le pape François et les pasteurs de toutes les églises :
qu’ils soient des semeurs inlassables de l’Évangile
dans le champ du monde,
    prions notre Père des cieux.

Pour les responsables politiques et économiques :
qu’ils œuvrent pour la liberté dans leur pays
et aboutissent à des solutions de vérité, de justice et de paix,
    prions notre Père des cieux.

Pour les vacanciers en cette période de halte :
qu’ils trouvent des moments de silence et de prière
pour se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu,
    prions notre Père des cieux.

Pour ceux dont la solitude ou l’exclusion est un fardeau pesant :
qu’ils reçoivent le bienfait d’une parole fraternelle
qui fera fleurir l’espérance,
    prions notre Père des cieux.

Pour nous tous rassemblés ce matin :
que nous laissions l’Esprit saint faire de nos cœurs une terre fertile
qui portera des fruits de joie et d’amour,
        prions notre Père des cieux.

 

Dieu notre Père, reçois notre prière pour le monde
afin que germe la semence du Royaume,
    par Jésus, le Christ, notre Seigneur.
AMEN !

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre