Homélie
Prière universelle

Retrouvez ci-dessous les homélies et prières universelles des messes de Noël :

celle célébrée au milieu de la nuit du 24 au 25,
et celle du jour de Noël !

Belle fête de la Nativité à chacun !

 

Messe de la Nuit de Noël

Nous voici réunis pour fêter Noël, fête de l’enfance du Fils de Dieu, fête de la paix.

En cette nuit ce sont pour beaucoup les souvenirs de leur enfance qui leur reviennent. Il fut un temps où nous étions encore de plain pied avec la joie de Noël parce que nous étions proches de notre enfance, mais au fur à mesure que le temps s’écoule, le chemin nous semble plus long pour rejoindre cette joie, et cela parce que le monde est dur, marqué par tant d’injustices, de ressentiments, d’insatisfactions au plus profond de nous-mêmes .
Nous nous sommes éloignés de Noël et il serait vain de vouloir le retrouver dans le rêve, l’imagination ou par nos seuls efforts.

Noël est avant tout le merveilleux cadeau de Dieu,
la réalisation de la promesse,
aujourd’hui comme au premier jour.

Il ne s’agit donc pas de fermer les yeux et de se perdre dans les sentiments. Nous ne devons pas oublier que le premier regard de l’enfant Jésus, fut certes pour sa mère, Joseph, les habitants de la crèche mais aussi sur la pauvreté des lieux, le refus des habitants de Bethléem, et tout ce qui allait suivre, l’émigration en Égypte, le massacre des Innocents.…

Il ne s’agit pas de rejoindre Noël, mais de nous laisser rejoindre par Dieu.
En disant oui à Dieu, Marie lui ouvrait la porte de l’humanité,
la sienne et la nôtre,
pour qu’il accomplisse ses merveilles dans le quotidien de notre vie.

C’est ainsi que ça s’est passé à Bethléem. Marie a fait ce que font toutes les mamans pour leur petit, langer, nourrir, cajoler, et aussi porter sur lui ce regard que tous les parents portent sur leur enfant : que deviendra-t-il ? Elle savait que le mystère de son fils lui échapperait toujours, et pourtant elle a accompli ces gestes de tous les jours.
2017noelCourageusement, elle est entrée dans le dessein de Dieu qui est de faire de grandes choses avec de l’ordinaire, comme il en fera plus tard avec du pain et du vin.

Les bergers, eux aussi ont été rejoints par Dieu dans la nuit, près de leurs troupeaux, et l’ange leur a expliqué ce qui venait d’arriver : « il vous est né un Sauveur, et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau né emmailloté couché dans une mangeoire ». Et ils sont partis. Allez leur dire à ceux-là que la religion c’est quelque chose de compliqué ! Les signes qui leur sont donnés, ils les connaissent bien, ce sont ceux de leur propre vie, la simplicité, la pauvreté, les animaux.

Le Messie que nous chantons cette nuit est vraiment l’un de nous. Il a tenu à inaugurer son règne comme un enfant, dans le silence et la paix de Noël. Le regard qu’il porte sur nous est un regard d’enfant. Il n’a pas voulu entrer en force dans ce monde pour nous révéler la voie de l’enfance, la manière dont l’Esprit nous conduit, en vivant notre vie de tous les jours.

N’allons donc pas trop loin pour le trouver, dans notre passé, au delà des échecs ou dans le rêve,
mais accueillons Le tel qu’Il vient à nous, aujourd’hui, dans la simplicité et la paix.

MS 24/XII/2017

 Prière universelle

Après avoir reçu le Pain de la Parole,
nous sommes invités à sa table.
En cette nuit de Noël, en préparant l’autel,
nous prenons dans notre prière la vie des hommes.

R/  I 54 : En toi notre salut, Seigneur Emmanuel.

Souvenons-nous des chrétiens du monde entier réunis autour de l'autel en cette nuit,
et des chrétiens persécutés qui vivront Noël dans la clandestinité, la peur.
    Pour tous demandons au Christ Jésus, sa miséricorde et sa paix,
    lui qui est né pour nous afin de nous faire vivre de sa vie !

Souvenons-nous de tous ceux qui se retrouveront autour d'une table de fête,
de tous ceux qui iront à la rencontre de leur frères...  
et de tous ceux qui passeront Noël dans la solitude, la souffrance, le deuil.
    Pour tous demandons au Christ Jésus, son amour et son soutien
lui qui s’est assis à nos tables humaines pour nous inviter au banquet de son Royaume !

Souvenons-nous des peuples en guerre, des migrants loin de leur famille, des enfants abandonnés, 
de tous ceux qui pleurent en cette nuit dans les hôpitaux, les prisons, dans les rues de nos villes.  
    Pour tous demandons au Christ Jésus, Lumière, consolation et réconfort.
    lui qui est entré dans les ténèbres du monde pour les éclairer de son amour.

Souvenons-nous de tous ceux qui nous entourent,nos familles, nos amis, nos voisins,
les membres de notre assemblée et tous ceux qui comptent sur notre prière.
    Pour tous demandons au Christ Jésus, sa paix et sa joie.
    Lui qui est venu partager notre condition humaine pour nous donner part à sa divinité.

 

Maintenant la table est prête pour t' accueillir, Seigneur,
mais c’est toi qui nous accueilles.  
    O merveilleux échange !  
Nous allons apporter le pain et le vin fruit de la terre et du travail des hommes
et nous recevrons ton Corps et ton Sang  !
Garde-nous dans l’action de grâce,
et répand ta bénédiction sur tous les hommes pour qui tu es né.
Toi qui les aimes aux siècles des siècles. AMEN

Messe du jour de Noël

ILS VIRENT UN ENFANT Luc 2/16-21

Après en avoir discuté entre eux, ils avaient décidé d’aller voir ce que l’ange leur avait fait connaître, et ils y vont en se hâtant, comme Marie au jour de la Visitation, lorsqu’elle se rendit chez Elisabeth.
L’ange leur avait parlé d’un sauveur, or ils découvrent une famille semblable à toutes les autres, Marie, Joseph, le bébé couché dans une mangeoire. Tout est simple naturel, à part le signe de la mangeoire : tout est donc vrai de ce que l’ange leur avait dit !
Alors, ayant vu, sans hésiter ils expriment leur foi, non pas en chantant comme l’avait fait Marie dans le magnificat en constatant qu’Élisabeth était bel et bien enceinte comme l’ange le lui avait dit, ni en prophétisant comme Zacharie, mais en rapportant tout simplement ce que l’ange leur avait dit :

« Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur ! »

Et tous ceux qui les entendaient s’étonnaient, même Marie semble-t-il, puisqu’elle était là…

A la différence des bergers, elle conserve toutes ces paroles dans son cœur. Elle continue de réfléchir, comme à l’annonciation quand elle se demandait ce que signifiaient les paroles de l’ange. Il serait bon de s’arrêter sur ce qu’elle nous offre ici comme figure du chrétien qui relit et relie les éléments de la tradition qu’il a reçus en les laissant mûrir non seulement dans son intelligence, mais aussi dans son affectivité, dans son cœur en tant qu’il est le lieu où naissent nos décisions profondes.

Il y a ce que nous comprenons, et aussi ce que nous ne comprenons pas encore, mais qui est tout aussi précieux, car l’Esprit est là pour nous dire que nous comprendrons plus tard, et Jésus est là, à nos côtés pour nous dire comme à l’aveugle qu’il vient de guérir : commences-tu à voir quelque chose ?

Les bergers eux sont transformés. Ils repartent glorifiant Dieu et racontant tout ce qu’ils avaient vu et entendu. L’armée céleste est alors démobilisée. Ils en prennent le relais. Ils sont les premiers serviteurs de la Parole, comme les femmes le seront plus tard de la résurrection.

Marie nous offre alors le parfait modèle de la vocation humaine.
Dieu n’a-t-il pas voulu restaurer en l’homme son image et sa ressemblance,
y compris dans sa liberté ?

L’enfant qu’elle vient de mettre au monde n’est il pas « l’image du Dieu invisible ? ». Cela n’aurait pas pu se faire sans son oui. Nous mêmes en disant le même oui à Dieu, nous mettons Dieu au monde, puisque nous acceptons de lui donner une image et une ressemblance. Cela commence à Noël, mais trouvera son accomplissement à Jérusalem. Alors Dieu rejoint la condition humaine aussi loin et aussi bas qu’elle puisse aller. Alors, tout est assumé, tout est accompli, et Marie est là, alors que nous la recevons comme notre Mère.
Au seuil d’une année nouvelle, c’est cela qu’il nous est donné de vivre, communiant à celui qui demeure caché en nous, le Christ, l’espérance de la gloire.

Prière universelle

 Aujourd’hui, un enfant nous est né, un Fils nous est donné.
Dans la confiance et la joie, prions pour toute l’humanité.

R/ Sois avec nous, Seigneur Emmanuel

- Jésus, Verbe de Gloire,
en venant demeurer parmi nous, tu nous révèles l’amour infini de Dieu
pour tous les hommes,
nous te prions pour que les choix sociaux, économiques de nos sociétés répondent à l’attente des pauvres.

- Jésus, Visage du Dieu d’Amour,
en assumant la fragilité de l’enfant, tu manifestes la douceur et la bonté du Père,
nous te prions pour ceux qui ne connaissent que la guerre et la violence.

- Jésus, Emmanuel, Dieu-avec-nous,
en nous accompagnant sur nos chemins, tu te fais notre frère,
nous te prions pour les minorités persécutés, ceux qui sont retenus en otage, les migrants et les sans-logis.

- Jésus, Pain de Vie, déposé entre nos mains,
en nous visitant, tu nous éclaires de ta lumière,
nous te prions pour chacun de nous,
que notre joie et notre émerveillement soient un signe de ta présence dans notre monde.

Seigneur Jésus, toi qui t’es fait proche de nous,
Exauce la prière de ton Église, aujourd’hui et pour les siècles

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre