Homélie
Prière universelle
FETE DIEU
(Marc 14/16-26)

Corps livré, sang versé…ces expressions renvoient à l’actualité la plus dramatique, à Paris, Damas, Gaza, tous ces gens massacrés, torturés, violés, mis à mort de toutes sortes de façons. De tout cela s’élève comme une immense clameur : pourquoi faut-il que l’homme détruise son frère ?

 Cri du sang, c’est appel à la vengeance…Corps livré, sang versé, voici soudain que ces deux termes prennent un autre sens, à travers la personne de Jésus. Ils disent l’amour possible au-delà de tout, l’amour même de Dieu.

 Ce ne sont pas de simples images, mais de terribles réalités, la torture, l’abandon, la mort ignominieuse. De tout cela Jésus a fait le don de sa vie.

 Il l’affirme dans le repas eucharistique, et il a voulu qu’elle soit réaffirmée chaque jour dans un monde en détresse, afin que, par elle, nous connaissions le véritable visage de Dieu et que nous en vivions. Au cœur de notre existence, Dieu est là, en Jésus Christ.

 Il y a des gens dont la personnalité se révèle à travers un signe caractéristique, un geste, une parole, une façon d’accueillir. Impossible de l’oublier. Ainsi pour les disciples au terme de la route d’Emmaüs Jésus était tout entier dans ce signe du pain et du vin, l’expression la plus parfaite du don de lui-même

Nous voici à la source de cette fête qui, comme la plupart de nos fêtes, a une longue histoire. Les premiers siècles ne l’ont pas connue, mais en tout temps, nous avons été  invités à reprendre conscience de ce qui se passe lorsque nous célébrons l’Eucharistie. Il s’agit d’un sacrement, un acte du Christ qui, dans l’Eglise, par des paroles et des gestes nous rend présents à ce qu’il a accompli lors de son passage de ce monde à son Père. Il emporte avec lui et fait passer en Dieu notre vie actuelle et notre avenir..

Que fait-il ? Il nous fait exister et prend en charge nos désirs comme nos fautes, pour nous faire accéder à sa propre vie.

  « Celui qui vivra par moi… », dit-il à plusieurs reprises. Vivre par quelqu’un, c’est avoir ses pensées, son cœur, pris par lui, c’est être passionné, se sentir attiré par un être, cœur de notre vie. Comme le ressort est ce qui fait mouvoir une montre, la passion est ce qui nous fait vivre. Ceux qui vivaient avec Jésus, qui le voyaient l’écoutaient, savaient qu’il était lui-même passionné. Il le disait : « Il faut que le monde le sache : j’aime le Père.. ; »

« Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait !

J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur »  Ps 115

 

Prière universelle

Rassemblés par le Christ qui nous donne sa vie en partage,
faisons monter vers Lui notre prière pour tous les hommes.

I/ 9b Exauce- nous Seigneur.

Pour le pape, les évêques et tous les ministres de la parole
par les mains desquels le pain de notre terre devient Corps du Christ,
prions le Seigneur

Pour tous ceux qui souffrent de la faim
et pour ceux qui à travers le monde œuvrent pour son éradication,
prions le Seigneur

Pour ceux qui ont faim de sens pour leur vie
et errent dans la désespérance et pour ceux qui cherchent à les rejoindre,
prions le Seigneur.

Pour notre assemblée et tous les chrétiens qui entendent la parole du Christ : 
« donnez-leur vous–mêmes à manger » et pour tous ceux qui sont privés de l’eucharistie,
prions le Seigneur

En ce jour de fête, accueille Seigneur notre prière et guide-nous tous
Ensemble jusqu’au banquet du ciel.
Toi qui règnes pour les siècles des siècles,

Amen.

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre