Homélie
Prière universelle
MANGER ET BOIRE
(Jean 6/60-69)

La méditation commencée dimanche dernier se prolonge. Le récit de la fuite du prophète Elie dans le désert, devant la terrible Jezabel, son épuisement, son désir de disparaitre dans la mort et l’intervention de l’ange témoignent du dessein de Dieu de nous remettre debout et de nous faire vivre. Pensons ici à tous ceux qui nous ont remis en route aux jours de découragement. De telles expériences peuvent nous préparer à entendre ce que le discours sur le pain de vie nous révèle
Dimanche, notre lecture s’arrêtait sur cette révélation : « Je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif », elle ne disait rien des réactions des uns ou des autres. Des paroles dures à avaler, incroyables !

Aujourd’hui nous voyons qu’elles ne passent pas. Jésus a beau les inviter à se souvenir. La manne était bien une nourriture inespérée, qu’ils croyaient tombée du ciel, elle n’avait pas empêché leurs pères de mourir. La nourriture qu’il veut leur donner est d’un autre ordre, pour une vie éternelle.

« Le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde » 6/33

Nous les voyons d’abord réagir sur ce qu’il se dit « descendu du ciel » En clair il se dit « venu de Dieu ». Ici ressort la question qui parcourt tout l’évangile : « d’où vient-il ? Nous le connaissons bien, lui, ses parents, sa famille ! » . Sa réponse soulève l’étonnement et même l’indignation, mais la suite va les révolter, quand il leur dit non seulement d’où il vient mais où il va : se donner en nourriture. En effet, il s’agit là d’une sorte de prophétie pascale. Les hommes vont tenter de s’emparer du corps et du sang du Christ, corps et sang de Dieu, tentative qui va être déjouée, car Jésus donne ce qu’on veut lui prendre. « Ma vie nul ne la prend, c’est moi qui la donne » Qui accueillera ce don en sera transformé. Cette chair et ce sang deviendront pour lui nourriture et breuvage pour une vie au delà de la mort. Nous sommes nourris par la Passion du Christ

Mais cela ne nous dit pas encore ce que signifie manger cette chair et boire ce sang. Jésus y insiste lourdement. Si nous reconnaissons qu’il vient de Dieu, nous devons le croire. Bien entendu il ne s’agit pas de manger et boire matériellement.. Il ne faut pas confondre réel et matériel ! Manger et boire la vie du Christ, c’est faire nôtre son humanité, sa manière d’être homme, ce qui nous conduit en fin de compte à partager sa divinité. C’est vivre de l’Esprit qui le pousse à donner sa vie pour faire vivre les autres. Bien sûr, ce don qui nous fait rejoindre notre vérité d’hommes, ne passe pas forcément par une effusion de sang, cela peut arriver comme lorsqu’il s’agit des martyrs. Il y a bien d’autres façons de donner sa vie, au jour le jour, quand nous oublions ce qui nous avantage et que nous préférons ce qui peut faire vivre d’autres êtres humains.
Célébrer l’eucharistie, c’est entrer dans cette logique, c’est « manger de ce pain là ». Nous devenons alors le Corps du Christ qui est l’Eglise, l’humanité réconciliée au delà des violences engendrées par notre volonté de dominer, corps et sang du Christ livrés aux hommes.
12.8.18

 

Prière universelle

P.U. du 19ème dimanche du T.O. 12-08-2018 « B »

A Celui qui nourrit tous les hommes et qui veut nous accorder bien au-delà de nos demandes, présentons les besoins de notre monde.

R/I-31 : « Ô Seigneur, écoute et prends pitié ! »

1.Pour les pasteurs de l’Eglise : le Pape François, les évêques, les prêtres,
chargés de distribuer à leurs frères le Pain de la Parole et de l’Eucharistie,
Ensemble prions Jésus le Pain Vivant descendu du ciel.
R/
2.Pour ceux qui portent des responsabilités politiques, économiques, et sociales,
affrontés aujourd’hui à de graves défis humains dans leur pays et dans le monde,
Ensemble prions Jésus Soleil de Justice, et Sauveur des hommes.
R/
3.Pour ceux qui sont méprisés, rejetés, persécutés, exclus par leurs frères en humanité,
spécialement pour les migrants et les « sans domicile fixe »,
Ensemble prions Jésus le Fils bien-aimé du Père, notre Frère.
R/
4.Pour chacun de nous attentif à la Parole de Vie reçue ce matin :
« Je suis le pain vivant, descendu du ciel, qui mangera ce Pain vivra à jamais. »
Ensemble prions Jésus, Celui qui s’est livré pour nous, et nous invite à sa table.
R/

Seigneur Jésus-Christ, notre Bon Pasteur, reçois notre prière,
et accorde à chacun la pleine mesure de ce qui lui est nécessaire,
Toi qui règne pour les siècles des siècles. Amen

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre