Homélie
Prière universelle
BARTIMEE
(Marc 10/40-52)

Il était sur le bord du chemin, un aveugle, mais pas n’importe lequel. St Luc nous donne son nom : Bartimée. Jusqu’alors nous ne connaissons aucun d’entre eux par leur nom. Cette rencontre doit donc offrir quelque chose de particulier.
Le long du chemin, il est plus ou moins marginal, dépendant des autres pour exister, mais il y a en lui un extraordinaire désir de vie qui éclate d’abord dans un cri : « Fils de David Jésus, aie pitié de moi ! » un cri qui rejoint celui de tous les opprimés de la terre, des malades dans les hôpitaux, des captifs dans les prisons.
Son cri touche Jésus, il le reconnait comme Messie, Envoyé de Dieu parmi les hommes. On a beau le menacer, il crie de plus belle. Rien ne peut l’arrêter.

Jésus lui, s’arrête. C’est comme dans un film, arrêt sur image, un moment exceptionnel que cette rencontre de Jésus venu pour donner sa vie, et de cet homme démuni qui s’offre à lui en criant vers lui. Tout le mystère de Jésus Sauveur est là, il est venu pour chercher et sauver ce qui était perdu. Nous sommes déjà dans la Passion !

Pour appeler l‘aveugle Jésus passe par la foule. Certains vont jouer le rôle d’intermédiaires pour communiquer à cet homme un élan de confiance en l’invitant à se mettre en mouvement : « courage, lève-toi, il t’appelle ! ».

Ces mots supposent que ceux qui les prononcent croient à ce qu’ils disent.

Ce ne serait pas honnête de leur part d’inviter à faire un pas si eux-mêmes ne le croyaient pas possible. L’entourage de Jésus a donc été transformé. C’est saisissant. Cet homme laisse tomber tout ce qui pourrait le retarder et il bondit alors qu’il est toujours aveugle, tout cela sur la seule parole de quelques témoins ;

« Courage, Il t’appelle »

Alors Jésus lui parle : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »
Il est étonnant de voir que Jésus pose au fils de Timée la même question qu’il avait posée à Jacques et Jean, dimanche dernier. Cela parait si évident, et pourtant ! Pour retrouver toute sa dignité Bartimée devait passer du cri à la parole, mettre des mots sur son désir : « Rabbouni, afin que je revoie ! » Cette expression, mon Maître , teintée d’affection et d’intimité, dit comment la relation avec Jésus a réussi à s’instaurer simplement, sans intermédiaire. Jésus ne peut que confirmer ce qui est déjà advenu : « Ta foi t’a sauvé ! ». Nous voyons dans cette relation le rôle du temps, des étapes, de deux désirs qui se rencontrent.

Jésus laisse Bartimée à sa liberté, mais celui-ci reprend en marchant le chemin au long duquel il était assis, pour monter avec Jésus à Jérusalem. Sur ce même chemin Pierre et les douze avaient d’abord refusé de suivre Jésus. Ils ne pouvaient pas accepter les humiliations qui l’attendaient et voici qu’un aveugle reconnait à sa façon qu’il est Christ en l’appelant Fils de David. Il le fait en se livrant lui-même sans assurance. Il se trouve ainsi à la hauteur de ce que vit Jésus, sur le chemin de Jérusalem. Peut-on imaginer plus belle rencontre au seuil de la Grande Semaine ?

Prière universelle

Ouvrons notre cœur aux cris de tous nos frères…
Que notre prière en ce jour, fasse monter vers le Seigneur
les appels de tous ceux qui aspirent à la lumière.

I 31 – O Seigneur, écoute et prends pitié !

Avec le pape François, et les participants à la clôture du Synode des jeunes en ce Dimanche
Avec tous ceux qui cherchent comment répondre à leur vocation personnelle et à servir l’Église et leurs frères en humanité
Crions vers le Seigneur notre confiance, lui qui conduit l’Église.

Avec les peuples en guerre dont la voix est étouffée, au Proche-Orient, en Afrique,
Avec les réfugiés dont le cri n'est pas écouté… :
Crions vers le Seigneur notre confiance, lui qui veille sur le monde.

Avec ceux qui sont assis au bord de la route : les chômeurs, les sans-papiers,
Avec les marginaux de notre société qui attendent d'être appelés par leur nom :
Crions vers le Seigneur notre confiance, lui qui prend soin de nos vies.

Avec les aveugles, les malades et leur famille,
Avec tous ceux qui ont soif de clarté et de soutien,
Crions vers le Seigneur notre confiance, lui qui répond à nos appels.

Avec tous les membres de notre assemblée,
Avec tous ceux que nous portons plus spécialement dans la prière :
Crions vers le Seigneur notre confiance, lui qui nous invite à le suivre ensemble sur la route.

Seigneur Jésus, entends notre supplication pour tous les hommes.
Permets que notre communion dans la prière
Nous garde ouverts à tous nos, frères,
Toi qui intercèdes pour nous aux siècles des siècles AMEN.

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre