Homélie
Prière universelle
SI TU ES LE FILS DE DIEU
(Mt 4/1-11)

L’Esprit conduit Jésus au désert. Pendant 40 jours il va revivre l’épreuve vécue par son peuple pendant 40 ans. Difficile de vivre au désert : Jésus va connaître la faim, la soif, comme nous la tentation de chercher la sécurité du pain quotidien par l’accumulation des richesses, l’illusion du pouvoir et de la toute-puissance dans la famille, le pays, l’entreprise, la tentation des « moyens courts ». Tout part de la faim avec les trois tentations fondamentales du pouvoir économique, religieux et politique.
C’est d’ailleurs ce que le peuple lui demande, qu’il fasse des miracles, prenne la tête du peuple pour rétablir la souveraineté d’Israël.

Mais Jésus n’a utilisé sa puissance
que pour guérir, nourrir, changer les cœurs.

La folie de Dieu !
(Mat. 5/38-48)

ON VOUS A DIT, MOI JE VOUS DIS

Voici des mots bien simples, mais des formules étonnantes, qui heurtent, à moins de les entendre distraitement : tout un programme, une conception de la vie en contradiction avec notre comportement habituel. « On vous a dit, moi je vous dis » ; Jésus nous demande de sortir de l’esprit du monde, il énonce une loi nouvelle.

Tout n’est pas à prendre au pied de la lettre. Ainsi après avoir déclaré qu’il fallait tendre la joue gauche quand on vous frappe sur la joue droite, Jésus lui-même dans la Passion n’agit pas ainsi. Il ne tend pas l’autre joue, mais il demande : «Pourquoi me frappes-tu?» Remarquons qu'il ne se met pas en colère et ne cherche pas à se venger, il renvoie le garde à lui-même, l'invitant à s'interroger sur son comportement.

Dans notre évangile, il va plus loin : il nous demande de nous soumettre à la volonté de l'autre, même si cette volonté est mauvaise. Lui-même acceptera de donner sa chair et son sang, et nous demandera de faire la même chose en mémoire de lui. Ne pensons pas tout de suite au martyre : combien de parents sont amenés à se soumettre aux choix imprévus de leurs enfants devenant adultes ? Et les époux entre eux ?

À chaque instant nous sommes invités, d'une façon ou d'une autre, à donner notre vie, le plus souvent par petits morceaux, en attendant le don ultime et définitif.

« VOUS AVEZ APPRIS QU’IL A ÉTÉ DIT… »
(Mt 5/17.37)

Ici commence la présentation de la nouvelle loi. Nous sommes loin de ce que l’on cherche dans une religion : des pratiques à observer, des jeûnes, des rites par lesquels on mérite le salut. Jésus en parle peu au point que, quand on lit l’évangile, on pourrait croire qu’il nous appelle à vivre de bons sentiments en oubliant les anciens préceptes. Ce serait une grave erreur ! Il n’enlève rien de ce qui nous était transmis par Moïse et les prophètes, mais il nous invite à le vivre autrement, avec le cœur, dans la lumière de Pâques.

Mais c’est alors que commencent les oppositions : « On vous a dit, moi je vous dis », répété six fois, sans doute une habitude prise à la synagogue où, après une première lecture en hébreu et une traduction en araméen, chacun pouvait s’exprimer, en commençant par cette formule « vous avez appris qu’il a été dit, moi je vous dis » Jésus, quant à lui « parlait avec autorité » Mt 7/29

Jésus ne remet pas en cause les exigences de la Bible, il ne se contente pas non plus d’en faire le commentaire :

Abbaye
Notre Dame de
Jouarre