Homélie
Prière universelle

SEL ET LUMIÈRE Mt 5/13-16

Il y a une vingtaine d’années,le maire d’une ville voisine a convoqué les habitants d’un quartier où, à la suite de la disparition de bâtiments publics s’offrait la possibilité d’édifier un ensemble de logements populaires. La population du quartier était plutôt de classe dite moyenne.
Les réactions furent d’emblée défavorables au point que le maire en vint à s’écrier : « Existe-t-il encore des chrétiens parmi vous ? ». Lui-même n’était pas précisément chrétien, mais il savait que le sel de l’évangile devait se manifester. Combien aujourd’hui sont dans la même atttente ? Ils étaient salés, constitués sel. La plupart étaient baptisés et selon le rite ancien le prêtre leur avait même déposé un peu de sel sur la langue pour bien signifier ce qu’ils devenaient, appelés à donner du goût, de la saveur autour d’eux.

L’évangile ne s’en tient pas au sel fondu dans la masse, mais il fait appel aussi à la lumière aisément repérable, mise en évidence. Et Jésus insiste :

« Que votre lumière brille aux yeux des hommes …afin qu’ils glorifient votre Père qui est aux cieux ».

Pourtant il dira au chapitre suivant : « Gardez-vous de pratiquer votre justice aux yeux des hommes…que ton aumône reste dans le secret » Saint Augustin dans son sermon « sur les brebis » explique qu’il faut tenir ensemble les deux consignes. Ce qui fait la différence, c’est l’intention profonde de nos comportements : si notre but est d’être bien vu et d’en retirer quelque prestige, nous nous mettons en quelque sorte à la place de Dieu ; si au contraire nous cherchons à convaincre les autres de la valeur du message qui nous fait vivre, la « gloire » ne vient pas sur nous, mais va à Dieu.

 Apprenons-nous à aimer dans la famille ? Il est vrai qu’en général les bébés sont cajolés et que leurs premières expériences du contact avec autrui sont des caresses et des soins divers. Quand cela fait défaut la blessure peut marquer toute la vie. Jésus a-t-il appris l’amour dans sa famille ? Certes l’amour qui habitait Marie et Joseph était déjà d’un certain point de vue participation à Dieu lui-même comme pour nous tous. Pourtant Jésus a dû apprendre lui-même à être un homme, donc il a dû faire l’expérience de l’amour reçu et donné. Luc écrit que « l’enfant grandissait, se développait et se remplissait de sagesse » (2/40-2/52). Bien sûr la sagesse dont il s’agit est l’art de discerner, de distinguer entre le bon et le mauvais. Si Jésus a grandi dans ce domaine, c’est bien qu’il a dû l’apprendre.

Prenons au sérieux l’humanité du Christ. Ce monde qui vient de lui, il le découvre, il s’extasie devant les fleurs des champs, découvre la croissance du minuscule grain de sénevé. Bref il découvre toutes les réalités naturelles et humaines auxquelles « le Royaume de Dieu est semblable »

Librement..
(Mt 4/12-23)

Jean Baptiste arrêté, sa mission s’arrête et Jésus prend le relais. Il part au nord, en Galilée et sa prédication se résume en cette formule :

« le Royaume de Dieu est tout proche »

Si nous entendons par Royaume de Dieu, sa domination sur toutes choses et en particulier sur le mal, elle n’a jamais cessé. Il est Seigneur de toute éternité. Mais la façon dont il domine le mal nous est révélée par Jésus Christ. Dominer le mal ne signifie pas le faire disparaître, mais prendre appui sur lui, l’utiliser, comme Jésus le fait dans la Passion en laissant Satan épuiser ses forces. Il ne pouvait pas faire pire que de s’attaquer à la vie de Jésus, mais en vain, car impossible de prendre la vie de quelqu’un qui accepte librement de la donner.

Toutes nos épreuves peuvent prendre sens à cette lumière si nous croyons que Dieu vivant en nous continue à remporter la même victoire, dès que nous accueillons ce royaume si proche de nous.

Le royaume de Dieu est à portée de nos mains,
c’est à nous de nous en saisir.

Tout ce que nous avons à subir peut être référé à la Croix du Christ. Non pas de manière abstraite, mais en nous unissant à Celui qui nous habite et traverse en nous toute sorte de mort et de victoire. C’est ce à quoi nous invite saint Paul quand il nous dit : « glorifiez Dieu dans votre corps ».

Abbaye
Notre Dame de
Jouarre