Homélie
Prière universelle
LE FRUIT DE LA VIGNE
(MT 21/33.43)

Encore une fois les prêtres et les pharisiens. Ne nous y trompons pas, ce ne sont pas seulement des personnages du passé, Ils nous représentent tous, avec leurs bons et leurs mauvais côtés. Nous sommes toujours quelque peu de leur espèce, susceptibles des mêmes travers. C’est donc pour nous que Jésus parle.
La vigne, il en est question depuis plusieurs dimanches. C‘est tout le domaine dont nous sommes responsables, ce qui nous a été confié, c’est à dire ce monde que nous avons à gérer, mais qui ne nous appartient pas. Nous sommes bel et bien maîtres de nos décisions, de nos actes, mais ce monde appartient à celui qui l’a créé, qui en est la source.
Depuis trois semaines, l’évangile nous répète que nous sommes tous débiteurs, responsables d’une vigne qui nous a été confiée pour qu’elle donne du fruit, qu’elle soit bien à l’image de Dieu qui veut notre bonheur et notre joie.
A chaque fois, la parabole nous dit que le propriétaire s’absente.

Dieu est-il absent du monde ?
Non,
c’est par nous et en nous qu’il est présent et actif dans le monde,
si toutefois nous acceptons de travailler avec lui et non contre lui.

Il est présent dans les serviteurs qui viennent récolter le produit de la vigne. Ces serviteurs représentent les prophètes de l’Ancien Testament, rejetés par les vignerons qui se considèrent seuls propriétaires de la vigne. Enfin vient le Fils annoncé par les prophètes mais lui aussi sera éliminé.

Nous avons donc là une véritable prophétie qui annonce le mystère de Pâques. Jésus ose dire en face aux pharisiens la vérité sur ce qu’ils sont en train de tramer dans l’ombre. Il annonce ce qui va se passer, sa crucifixion, la révélation de ce qui se passe depuis toujours : la volonté de l’homme de s’approprier le monde à son profit personnel, le désir de posséder, de dominer, le jeu redoutable du pouvoir. On ne voit celui-ci que dans la domination de l’autre alors que Jésus nous dit que le plus grand doit se faire le plus petit, l’esclave de l’autre. On oublie que la toute-puissance est celle qui se manifeste du haut de la Croix, précisément dans le rejet de ce Fils bien aimé du Père.

C’est en acceptant la mort que nous lui donnons que Jésus la domine, la surpasse, se rend vainqueur du mal. Le fruit de la vigne, c’est celui que porte l’arbre de la croix. Le Royaume est victoire de la vie sur la mort. Nous y entrons en suivant, depuis notre baptême, le chemin pris par Jésus.

Mais comment comprendre cela sinon en regardant longuement la Croix de Jésus ?

La parabole s’achève par l’image de la pierre angulaire. Dans la bible, la pierre signifie à la fois ce sur quoi il est possible de prendre appui, de construire et aussi le caillou sur le chemin, qui risque de faire tomber. La « merveille sous nos yeux » est que cette pierre, qui représente le Christ occupe ces deux fonctions. C’est en épousant la mort que nous lui infligeons que Jésus nous ouvre la vie éternelle.
Enfin, le royaume sera enlevé à ceux qui prétendent posséder et dominer pour le remettre à un peuple nouveau, le peuple de ceux qui se sont ouverts à une autre lumière, celui des vrais disciples.
Si Jésus dit ces choses aux pharisiens c’est comme une ultime tentative pour qu’ils se convertissent. Ils demeurent jusqu’au bout appelés à entrer dans le Royaume.

M.S 4.X.20

Prière universelle 

En cette fête de St François,
enfouie cette année dans la célébration du Seigneur
et comme St Paul nous y invite,
faisons ensemble connaître à Dieu, maître de la Vigne,
nos demandes pour tous les hommes.

Pour l'Église, pour la mission des laïcs,
frères et sœurs porteurs de dons pour l’Église toute entière,
que les instances de décision leur donnent place et participation effective,
ensemble prions

 I20 : Dieu d'Amour, entends notre prière !

Pour les responsables politiques et économiques en ce temps de pandémie,
que leur décisions soient prises dans un réel souci du bien commun
et qu'elles soient communiquées dans la vérité,
ensemble prions.

Pour les jeunes dans notre monde en mutation,
qui peinent sans avenir stable,
qu'ils rencontrent et se laissent entraîner
par d'autres pleins d'audace et d'imagination
qui ouvrent de nouveaux chemins de sens et de fraternité,
ensemble prions.

Pour Mère Christophe dont nous fêtons en communauté, aujourd'hui,
l'anniversaire de la bénédiction abbatiale,
que le Seigneur la porte et nous porte ensemble dans sa bénédiction de vie,
ensemble prions

Et pour nous tous rassemblés ce matin,
sarments de la vigne du Seigneur,
qu'il nous donne la grâce de laisser circuler la sève de son Esprit dans nos vies
et que nous devenions des témoins heureux et contagieux de son appel à aimer,
ensemble prions

Père très bon
Toi qui connais le désir des hommes bien au delà de ce que nous pouvons dire
exauce nos prières
par Jésus le Christ, notre Seigneur.
Amen

blog comments powered by Disqus
Abbaye
Notre Dame de
Jouarre