Homélie
Prière universelle
Homélie du P. Pierre

L'évangile que nous lisons aujourd'hui nous indique comment Jésus se représente le monde, dans ses relations avec Dieu : lui-même est la "vigne", son Père "le vigneron", nous les hommes, "les sarments à porter du fruit, beaucoup de fruit".
Jean le Baptiste, s'adressant à ceux qui s'avançaient vers lui pour recevoir le baptême, disait : "Produisez donc un fruit digne de la conversion" Mt 3, 8. D'après les lois de la nature, le fruit est toujours produit par un arbre. Les fruits comestibles, utiles pour la gloire de Dieu et la vie des hommes, sont produits par de bons arbres. Alors le baptiste met en garde : "Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu" Mt 3, 10. Seule la vie de conversion des hommes les assimilé aux arbres qui portent de bons fruits.
Jésus viendra reprendre cet enseignement en nous faisant comprendre que "chaque arbre se reconnaît à son fruit", il en donne même la précision : "Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri, jamais non plus un arbre qui pourri ne donne de bon fruit" Lc 6, 43- 44.
Mais aujourd'hui, Jésus le martèle : pour sue le sarment porte du fruit, il lui faut résolument se greffer sur la vigne
d'où il tirera sa sève : "Demeurez en moi" v. 4. Alors Jésus parle de deux types de sarments :
1) celui qui ne porte pas de fruit, il représente ceux qui manifestent l'indifférence vis-à-vis de Dieu, de la foi, de l'Eglise, et qui s'enferment dans les manques d'amour, de refus de pardonner, et de toutes attitudes qui éloignent de Dieu. Ceux-là, le "Père les enlève" v. 2
2) celui "qui porte du fruit, le Père le purifie en le taillant, pour qu'il en porte davantage"v.2. Puisque toutes ces opérations nous concernent, nous les hommes, ces purifications peuvent passer par quelque difficulté, épreuve, souffrance, dans lesquelles nous devons reconnaître notre croix, et qu'il nous faut affronter avec "endurance, patience et persévérance" Col 1, 11.

 

Prière Universelle

 

En cette journée mondiale de prière pour les vocations,
tournons nous vers le Christ mort et ressuscité pour nous,
lui qui appelle tous les hommes à le suivre.

Pour tous nos pasteurs, chargés de conduire les hommes à Dieu,
depuis le Pape François jusqu'au prêtre du village le plus reculé,
afin que la prière et le soutien des chrétiens ne leur manquent jamais
prions le christ, le Grand Pasteur.

I 67 O Christ ressuscité, exauce nous.

Luc 24,35-48

Rappelons-nous : Jésus s’est manifesté aux disciples d’Emmaüs, alors même qu’ils parlaient de lui. Et lorsque ces mêmes disciples viennent raconter aux Apôtres ce qui s’est passé sur la route, Jésus se tient au milieu d’eux. C’est l’évangile d’aujourd’hui. Il perce le secret des cœurs : « Pourquoi ces pensées qui surgissent en vous ? » Et pour faire face aux objections, Jésus souligne les signes de sa présence : « Voyez mes mains et mes pieds ; c’est bien moi ! » Les signes distinctifs de Jésus, personne ne peut lui disputer. Ce sont ses mains et ses pieds percés par les clous de la croix.

Ce sont les signes de son identité en même temps que les signes de son amour : il a donné sa vie.
Ainsi en va-t-il
de toutes les cicatrices humaines
et donc de toutes nos cicatrices :
elles sont les marques indélébiles du passé mais elles attestent en même temps que ce passé est dépassé.

Abbaye
Notre Dame de
Jouarre