LA FEMME ADULTÈRE
(Jean 8/1.11)

Des pharisiens, des scribes, au regard fier, victorieux, méprisant, les uns âgés, d’autres plus jeunes, des curieux, tous en demi cercle. On se représente aisément la scène, le drame qui va se jouer. Au milieu une femme, apeurée, humiliée. Ils l’ont prise en flagrant délit, dans son tort. Elle doit payer. Ils n’ont pas tenu compte de la Loi qui dans ce cas condamne à la même peine, la lapidation, les deux coupables.

Mais peu importe : Celui qu’ils veulent atteindre, c’est Jésus qui est là.

On attend sa réponse, qu’il se dresse comme un juge et montre du doigt. Or il fait exactement le contraire. Il ne se dresse pas, mais se baisse et il ne montre pas du doigt, mais se met à écrire sur le sol, en silence.

Confronté à la Loi et à ses gardiens, Jésus Dieu en personne répond en griffonnant sur le sol. C’est la seule fois que nous le voyons écrire, et il n’y en aura aucune trace, une parole troublante au-delà de toute parole. Le verbe utilisé n’est employé que trois fois dans la bible, à propos de Dieu écrivant les tables de la Loi, ou lorsque le roi de Babylone voit s’écrire sur le mur les termes du jugement divin qui le disqualifie, car il « a été pesé sur la balance et trouvé trop léger » Dan 5/28 . Nous sommes toujours dans un contexte de loi et de jugement.

Janvier 2016

G… Galettes !

2016janvier12016janvier2Le temps de Noël est propice aux moments festifs et fraternels. Nous avons eu la joie de partager la traditionnelle galette des rois à plusieurs reprises !

Galettes avec les salariés de la maison, grâce à qui le quotidien et l'entretien de la maison peut continuer à se vivre.

Galettes avec nos voisins du pavillon de Thianges. Occasion de se rencontrer, de chanter et de de danser ensemble.

Action de grâces...

Décembre 2015

M… Me voici !

2015decembre4Me voici, dit le Seigneur.
Me voici, dis-je.

Fête de Noël, et le Seigneur nous redit son désir de naitre en nos vies. Il est là, dans la fragilité et la remise de soi d’un enfant… Il est là, dans le concret d’une maison, d’un couple, de bergers,… Ouvrons-lui les portes de nos cœurs, de nos vies… Ca vaut le coup !!! Les anges eux-mêmes en témoignent : « Je viens vous annoncer une bonne Nouvelle, une grande joie pour TOUS »

La messe de la nuit de Noël fut suivie d’un chocolat chaud. en communauté, le réfectoire nous attendait décoré et illuminé par les soins du noviciat : Chapeau !

Abbaye
Notre Dame de
Jouarre