Prière universelle 

Jésus est le Pain de la Vie.
Dans la confiance, prions le pour tous les hommes.

Pour l’Église, qu'elle n'ait d'autre faim que celle de la parole et du pain de Vie
et d'autre désir que de les partager à tous,
ensemble prions le Christ Jésus.

I70 Fils du Dieu Vivant, exauce-nous !

Pour ceux qui portent des responsabilités politiques et économiques en ce temps bouleversé,
qu'ils aient faim de paix et de justice pour tous,
ensemble prions le Christ Jésus.

Pour ceux qui ont faim de pain, ceux qui ont faim de sens pour leur vie,
qu'ils rencontrent des frères ouverts à leur attente,
ensemble prions le Christ Jésus

Pour notre communauté qui entre en retraite ce soir avec le Père Laurent,
que grandisse notre attachement au Christ et notre Charité envers tous,
ensemble prions le Christ Jésus

Pour nous tous rassemblés ce matin autour de l'autel
que notre foi soit fortifiée et notre vie renouvelée par cette célébration de l'eucharistie
Ensemble prions le Christ Jésus.

Seigneur Jésus, Vrai Pain venu du ciel,
écoute nos demandes et exauce-les
Toi qui règnes aux siècles des siècles. Amen

Dans notre société, où le rapport au corps peut être bien compliqué, nous avons souvent du mal à savoir quelle relation entretenir avec lui. Parfois nous ne voyons que sa fonction utilitaire, parfois que sa dimension esthétique. Tour à tour exigeants et négligents, nous ne sommes satisfaits que s’il répond à nos critères et n’écoutons souvent pas ses véritables besoins.

Nous pouvons profiter de la fête de l’Assomption pour demander à Marie de nous montrer la véritable vocation de notre corps. En effet, qui mieux que celle qui accueillit Dieu en son sein, qui porta le Christ en elle pendant neuf mois, peut nous enseigner combien notre corps est un Temple ? “Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit ?” nous interpelle saint Paul dans la première lettre aux Corinthiens. Saint Jean-Paul II - qui développa la théologie du corps - ajoute « En regardant [Marie], le chrétien apprend à découvrir la valeur de son propre corps » (adresse du 9 juillet 1997).

Le 15 août, la fête de l’Assomption pour les catholiques, fête de la dormition pour les orthodoxes, célèbre la montée en gloire de Marie. Cette fête nous rappelle que nous sommes appelés à être rachetés en Jésus Christ, corps et âme. Marie - à travers son corps glorifié - nous fait vivre cette espérance de la Résurrection des morts, résurrection de la chair, que nous évoquons dans le Credo.

Toute sa vie et par sa montée au Ciel, Marie nous montre que le corps humain est beau, est bon, est sain(t). Qu’il n’est ni un simple outil, ni un rempart contre une élévation spirituelle, ni une image à modeler mais l’incarnation de notre être, de la merveille que Dieu a désiré en créant chacun de nous.
“C'est toi qui as formé mes reins, qui m'as tissé dans le sein de ma mère. Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse.” (psaume 139, 13 - 14)

Confions nos corps à Marie, en cette fête de l’Assomption :

  • Nous pouvons prier Notre Dame de Lourdes pour tous ceux qui souffrent dans leur corps ; que les douleurs soient physiques, liées à une maladie, un handicap, l’âge, ... ou morales, liées au regard qu’ils portent sur eux.
  • Rendons grâce à Dieu pour son amour, à la manière du Magnificat de Marie, en laissant nos corps exulter !
Homélie du P. Michel  

Dernière des tentations, une lecture un peu inhabituelle de la multiplication des pains !

Il était prévenu, c’était la dernière des tentations dans le désert, quand Satan lui montra tous les royaumes du monde en lui disant : « Ils sont à toi si tu tombes à mes pieds et m’adores » L’épreuve du désert, Jésus la connait et voici qu’elle se renouvelle. Il n’a qu’un mot à dire pour entrer dans le jeu qui commence. Cette foule qu’il vient de nourrir et qui est prête à l’acclamer et à faire de lui un roi.

La seule solution alors est de couper court. Mais ce n’est pas toujours aussi facile de reconnaitre la tentation, surtout lorsqu’elle se présente sous la forme d’un bien à accomplir. Adam et Eve l’ont connue. « La femme vit que le fruit était beau et qu’il était désirable pour acquérir l’entendement. Elle prit et mangea. Elle en donna aussi à son mari… »  Gn 3/6. Si Satan se présentait en diable fourchu et cornu, il serait facile de le reconnaître, mais il est plus malin que cela !

A la fin de la multiplication des pains Jésus voit comment les choses vont tourner. Mais il voit clair et se soustrait au désir de la foule qui veut en faire un roi. Plus tard, devant Pilate il ne craint pas d’affirmer sa royauté. Impossible alors de se trompe sur la nature du royaume qu’il va instaurer.

Homélie du P. Pierre

Aujourd'hui Dieu nous nourrit par deux multiplications des pains, accomplies par Élisée le prophète dans 2 R 4, 42-44, et par Jésus lui-même, dans Jn 6, 1-15. Dans l'une et l'autre de ces manifestations de Dieu, nous avons un apport humain : 20 pains d'orge pour Élisée, 5 pains d'orge et 2 poissons pour Jésus. Dans l'un et l'autre cas, une question se pose : comment faire pour nourrir 100 personnes avec 20 pains et 5000 hommes avec 5 pains et 2 poissons ?
Le Dieu qui nous est présenté aujourd'hui est celui qui "rassasie avec bonté tout ce qui vit" Ps 144,16. C'est sur ce Dieu que s'appuie le prophète Élisée, pour ordonner à son serviteur un acte dans la foi et sans hésitation : "que le pain soit partagé aux gens pour qu'ils mangent, car ainsi parle le Seigneur, on mangera et il restera" v. 43. Dieu ne pouvant pas contredire sa parole, alors les convives ont mangé et il en est resté, selon sa parole. Dans l'évangile, c'est Dieu incarné lui-même qui accomplit le signe : à 5000 personnes, il fait manger 5 pains et 2 poissons.

Que pouvons-nous comprendre dans tout cela ? Dieu est le Maître souverain des éléments de la nature. Il nous faut le considérer comme tel. Dans Ep 4, 1-6, l'apôtre Paul nous recommande de considérer ce Dieu comme notre Dieu, que nous maintenons la communion avec lui. C'est ce que le prophète Élisée a fait, et a obtenu la multiplication des pains, réponse de Dieu à sa conviction pleine de foi.
Ces pains, le prophète pouvait les introduire dans sa maison, puisqu'ils étaient sa part dans la récolte de celui qui les a offerts, mais en ordonnant de les partager aux convives, il a montré la preuve de sa générosité, son altruisme, son sens de partager avec les autres, donc de sa charité, de son amour. Ce sont là des vertus qu'ils nous faut imiter, chercher à reproduire dans notre vie.
À ces vertus s'ajoutent d'autres, indispensables pour de bonnes relations en famille, en communauté : "humilité, douceur, patience" v 2. Nous en avons tous besoin pour nous sentir heureux et épanouis là où nous nous trouvons. En les cherchant, en les attendant des autres, il est important que nous-mêmes puissions les manifester. Que nous soyons les premiers à être humbles, doux et patients. Si cela se vit de part et d'autre, alors nous pourrons dans la foi et la joie, ensemble, accueillir celui qui est là, au milieu de nous et en nous.

Dieu notre Père, tu es notre Dieu et tout nous vient de toi.
Tu es le Maître des éléments du monde et tu le diriges par ta volonté et ta parole.
Donne-nous de vivre en communion avec toi et de la rechercher toujours.
Par Jésus le Christ notre Seigneur
Amen !

Prière universelle 

A Celui qui peut accorder bien au-delà de nos désirs
présentons notre monde et ses attentes.

« Soyez fidèles à l'appel que vous avez reçu. »
Prions pour tous les jeunes appelés à la suite du Christ.
Qu'ils n'hésitent pas à se donner tout entiers au service de l’Église
afin que ne manquent jamais les prêtres qui transmettent
le don de l'Eucharistie

R/ I 20 Dieu d'amour, entends notre prière !

Les catastrophes naturelles s'ajoutent aux conflits, aux guerres,
à la violence omniprésente dans notre monde.
Pour que les gouvernants accueillent l'espoir de leurs peuples
et mettent leur pouvoir au service de la paix, de la justice, de la vérité,
prions pour eux : c'est alors qu'ils seront grands.

« Qu'est-ce que cela pour tant de monde. » ? disait l'apôtre André .
Même si les efforts pour faire reculer la faim dans le monde
nous semblent parfois dérisoires ou inefficaces,
prions Dieu de les bénir et de les multiplier car il ne veut pas la mort
de ses enfants mais qu'ils vivent.

Demandons au Seigneur la grâce de la dilatation du cœur.
Nous recevons chaque jour le pain quotidien.
Nous allons recevoir le Pain Vivant.
Pour que l'action de grâce et le partage nous habitent
appelons la bonté de Dieu sur notre assemblée .

Dieu, dans ta bonté ,accueille et exauce les prières que nous te présentons.
Nous te le demandons par Jésus Christ notre Seigneur.

 

Abbaye
Notre Dame de
Jouarre